Une nouvelle année commence au Pensionnat de Ste-Gabrielle. Nouveaux élèves, nouveaux professeurs... nouveaux conflits.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'unique oeuvre potable

Aller en bas 
AuteurMessage
Lylie Darkla
Chercheuse
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 18/09/2010

● ÂGE : 28 ans
● ANNÉES D'ANCIENNETÉ : 5 ans, mais c'est ça première en tant que prof après un an d'absence
● MÉTIER : Professeur de français
● RÉPUTATION : Grande sportive et bonne cliente pour le café-étudiant. On l'a voit comme quelqu'un de très sociable.

MessageSujet: L'unique oeuvre potable   Lun 27 Sep - 10:53

On était mardi matin et Lylie profitait de la pause d’une demi-heure qu’elle avait donné à ses étudiants pour se dégourdir les jambes. Après le cinq minutes réguliers que cela lui prenait avant de pouvoir sortir de classe, elle était allée se chercher selon son rituel quelque chose au café étudiant, cette fois-ci son choix avait été un moka, boisson rarement disponible et auquel Lylie ne pouvait résister. Par contre, cette fois-ci, elle n’avait pas eu le goût de resté sur place et était plutôt retournée directement vers sa salle de classe. Malheureusement, elle ne rencontra pas de connaissance sur le chemin qui lui fit perdre assez de temps pour qu’elle juste pile à l’heure pour le recommencement de son cours. La jeune professeure décida alors d’aller faire un tour au local d’art pour y admirer son unique œuvre artistique potable de toute son existence. En effet, Lylie Darkla n’avait jamais eu de t’allant artistique et dès son plus jeune âge avait réalisé à quel point il était futile pour elle d’aller contre la nature et essayer de faire ressortir sur une feuille un semblant de quelque chose. Résultat? Elle n’avait fait que les cours obligatoires d’art plastique et ce n’est que parce qu’il est impossible de couler ce cours tant et aussi longtemps que l’on participe qu’elle avait passé. D’ailleurs, à cause de son tempérament colérique, elle devait faire attention à ne jamais prendre à cœur une de ses créations, sinon, vu qu’inévitablement le résultat allait la décevoir, elle se fâcherait et le détruiserait en mille morceaux, et un travail sous cette forme, on ne peut le remettre à son professeur.

Bref, dans toute sa vie, il n’y avait qu’une seule œuvre dont elle avait été satisfaite et avait aussi été sa seule vrai belle œuvre. En fait, cette dernière était tellement mieux que tout le reste que c’était presque impassable qu’elle eut réellement été réalisée par Lylie Darkla. La création avait été faite dans le cadre d’un projet hors cours, où il était demandé aux élèves de faire une œuvre abstraite devant représenter une émotion. Lylie y avait participé parce que Joël si était inscrit et n’avait pas pu y aller à cause d’un coup que Darkla lui avait donné qui l’avait envoyé tout droit à l’infirmerie. C’était la première fois que Lylie avait frappé Joël et elle s’en voulait terriblement, parce qu’après tout il était à ce moment-là un de ses meilleurs amis (c’était en fait le jour où elle avait apprit qu’il était un Porteur et la nouvelle l’avait vraiment mit hors d’elle). Elle s’était donc rachetée en allant à la place de Joël à l’activité. L’émotion qu’elle avait voulu représenter? C’était la colère immense qui l’habitait envers Joël. Elle lui avait d’ailleurs annoncé que plus jamais il ne serait ami et que jamais elle ne lui pardonnerait d’être se qu’il était et de lui avait caché en prime la vérité pendant si longtemps. Darkla avait créé son œuvre d’un coup, sans analysé ce qu’elle faisait, ne se laissant que guidé par ce qu’elle ressentait au plus profond d’elle-même. À sa grande surprise, lorsqu’elle regarda le résultat, Lylie avait réalisé que ce n’était pas de sa colère que parlait son mélange abstrait de couleurs foncés et sombres, mais plutôt de son amour profond pour l’homme de sa vie. C’est à cet instant qu’elle réalisa que son cœur appartenait à un monstre. (Les Porteur sont et seront toujours à ses yeux des sortent de monstre) Elle avait à l’instant quitté la classe en larme et avait couru jusqu’à ce que son corps ne le lui permette plus, c’est-à-dire plusieurs heures vu sa grande forme physique. Là, elle s’était blottie dans un petit coin et avait pleuré toutes les larmes de son corps. Le lendemain, elle s’était pointée à son cours du matin légèrement en retard et avec l’air un peu perdu, mais après le cours elle allait à nouveau mieux et avait pu socialiser normalement avec les autres élèvent. Sur l’heure du dîner, un élève d’art plastique avec laquelle Lylie entretenait une bonne relation, vient lui annoncé que la professeure voulait lui parlé. Voyant l’air malade que prit Darkla, l’élève spécifia que c’était une bonne nouvelle. L’information surprit et intrigua Lylie, c’est pourquoi elle alla voir la professeure et cela même si elle aurait préféré faire le contraire. C’est là qu’elle apprit la qualité de son œuvre et que cette dernière allait faire partie de l’exposition à la condition que Darkla le veuille, ce qui était le cas.

Depuis la fin de l’exposition, l’œuvre fait partie des décorations de la salle de cours d’art plastique et Lylie va lui jeter un coup d’œil de temps en temps. Certes, elle pourrait repartir avec quand elle le voudrait, mais jusqu’à maintenant, Lylie n’avait pas ressentie le besoin de récupérer l’œuvre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarken Carmin

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 15/09/2010

● ÂGE : Masculin
● ANNÉES D'ANCIENNETÉ : 5 ans
● ÉTUDES : Art
● VIE ÉTUDIANTE : Club de Théatre
● RÉPUTATION : Il est dangereux! en prime il est prétentieux! en gros, faut pas s'en approcher.
● TRANSFORMATION : Lion
● N° DE CHAMBRE : ¤203¤

MessageSujet: Re: L'unique oeuvre potable   Lun 27 Sep - 13:11

La présence de Lylie dans la pièce fut perçus par un animal, habitant à ses heures la salle.

Comme une explication s'impose, on y va.
Sarken est un élève de troisième année qui, comme pas mal de monde le sait, est un glandeur invétéré. Le bestiau a une fâcheuse tendance au redoublement se qui à pour effet de l'avoir gardé cinq ans dans les murs de se pensionnat. Il y a néanmoins plusieurs moments ou l'animal se lève et décide d'agir. Maintenant, les deux moments dont nous parlons sont: la baston et le dessin. Car donner des coups et jouer du crayon sont deux moments clés dans la vie de Sarken.
Mais revenons à notre salle de classe ou, pour une fois, le lion s'était lever de bonne heure pour travailler sur une peinture abstraite. Non pas qu'il aimait l'abstrait mais comme l'a dit un grand homme: quand on fait n'importe quoi, ca marche. Ainsi donc, Il avait décidé de peindre une toile en dormant dessus... Comme le résultat ne laissa qu'une vaste marque rouge (couleur utilisée), il abandonnât l'idée et décida de frapper à coup de poings colorés. Là aussi, a part laisser un grand trou, il ne fit rien de bon. Alors il voulu dessiner, en lion, avec ses coussinets... Mais en pensant à ses poils collés ensembles à cause de la peinture... Bon bref, cela faisait trois heures qu'il travaillait (en séchant les autres cours, e qui n'est pas pour déplaire aux professeurs) sur un concept quand il se dit qu'il allait tout simplement barbouiller via des tubes de peintures et ses mains... C'est déjà vue mais ca en jètera...ou pas.

Bon maintenant qu'on sait pourquoi qu'il est là le Sarken, on va passer à l'histoire.

A cette heure, la salle était généralement déserte. Sarken s'était installé au fond à gauche, dans les fournitures et autres sculptures en plâtre, loin de tout champs de vision du premier clanpin entrant. Il entendit des bruit de pas. (vue la sonorité, des chaussures de fille...ou de garçon en fait... en gros il en sait rien...). Puis il n'entendit plus rien. En évaluant la distance des bruits, il en conclut que son adversaire (oui, oui, vous avez bien lu) devrait se trouver à quelque mètre de lui mais que la disposition de la pièce avait masqué sa présence. Dans se genre de combat (si, il en est à penser des trucs comme ca!) il faut frapper en premier. Puis il se rappela que si il frappait un profs ou un pion, ca pourrais lui jouer des tours. Un élève, on peut toujours mettre ca sur le dos de la guerre des clans. Bon, mieux vaut savoir qui est là.

Il passa trouva un angle de vision a travers le bras d'une statue et put voir une prof! D'ailleurs, c'était la prof de littérature, matière dans laquelle il ne se rappelé pas avoir mit les pied depuis deux ans... Il avait juste vu que c'était elle qui les assurait maintenant.

Le guide du sécheur conseil dans ses conditions de rester planqué et d'attendre que l'orage passe. Mais, chez un gars comme Sarken, la subtilité est, pour le moins, absente...

Cette femme, qui qu'elle soit, l'a dérangé! Et lui, il aime pas qu'on pollue son espace vital par sa présence. Il opta donc pour une entré fracassante à grand coup de pompe pour dégager un passage (brisant d'ailleurs quelque statut) et accompagné d'un orchestre harmonique jouant une sonnerie de trompette genre entrée des gladiateurs.

Sarken se retrouva devant la jeune femme et lui dit "bonjour"...enfin...:

"C'est mon sanctuaire ici et personne à le droit de m'emmerder quand je suis en pleine phase créative!!! Aller ouste ou je me transforme en monstre géant et assoiffé de sang!!!"

Quand on vous dit qu'il manque carrément de subtilité... Ne me demandez pas comment on ne la pas encore viré.
Puis, immédiatement après, il enchaina sur un ton calme:

"Au fait, vous voulez quelque chose? je peux vous aider?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lylie Darkla
Chercheuse
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 18/09/2010

● ÂGE : 28 ans
● ANNÉES D'ANCIENNETÉ : 5 ans, mais c'est ça première en tant que prof après un an d'absence
● MÉTIER : Professeur de français
● RÉPUTATION : Grande sportive et bonne cliente pour le café-étudiant. On l'a voit comme quelqu'un de très sociable.

MessageSujet: Re: L'unique oeuvre potable   Mer 29 Sep - 21:13

Cela faisait à peu près une minute que Lylie regardait son œuvre, ainsi que celle qui l’entourait, tout en sirotant le un quart restant de son moka, lorsqu’une cacophonie venant d’un coin du local lui fit tourner la tête. De là, sortait un jeune homme d’à peu près son âge et qui semblait de bien mauvais humeur. Ne sachant pas encore qui ce reprocher, Darkla ce contenta de prendre paisiblement une autre gorger de sa boisson. Lylie écouta ensuite avec politesse le début de la complainte de l’inconnu. Par contre, lorsqu’il parla de se transformer en créature, le premier réflexe de Darkla fut de lâcher son porte document pour porter sa main à sa poche où était cachée son arme qui devait lui servir à capturer les Porteurs.

*Tu rêves si tu penses pouvoir m’atteindre.*

Heureusement pour tout le monde, le jeune homme se calma alors et au lieu d’essayer de sauté à la gorge de la professeure, il lui proposa son aide. Les muscles de Lylie se relâchèrent alors et elle répondit poliment tout en de baissant gracieusement pour ramasser se qu’elle avait laissé tomber. Heureusement, le porte document ne s’était pas ouvert et de contenait rien de fragile, Lylie pu dont tout simple le prendre et se redresser immédiatement de manière calme et posé. Il y eut alors quelques secondes de silences avant que Darkla ne dise.

-Non, rien. Je vous remercie de votre offre, mais non. Je n’ai pas besoin de votre aide.

Malgré son air calme et sa réponse posé, l’agitation à l’intérieur de la jeune femme était à son comble. En effet, elle avait comprit que l’inconnu était un Porteur, mais puisqu’il ne s’était pas transformé devant elle, il y avait une petite chance qu’en fait il n’en soit rien et qu’il ne soit en fait qu’un simple humain. Lylie se demandait vraiment ce qui était le mieux à présent de faire. Elle pouvait soit le capturer immédiatement, soit attendre d’avoir des preuves ou que le moment soit mieux choisie… Mais le moment serait-il un jour plus propice que maintenant. Certes, elle avait un cours qui allait commencer dans moins de dix minutes et certes peut-être n’était-il pas un Porteur, mais présentement il serait quasiment impossible d’établir un lien entre lui et elle lorsque l’on chercherait à savoir ce qu’il était devenu. Pour gagner du temps de réflexion et surtout pour établir une stratégie de quoi faire du corps en attendant qu’elle est porté le jeune homme au laboratoire, elle décida de laisser voir à l’inconnu qu’elle n’avait vraiment pas apprécié sa manière de se comporter. Elle dit donc :

-Où plutôt si. Pourriez-vous m’expliquez ce que vous faisiez ici,c’est en disant ses mots, qu’elle en profita pour balayer la salle du regard, notant mentalement tous les lieux qui pourrait être potable pour y cacher l’homme et arrêta son regard sur le seul lieu qui remplissait cette fonction, c’est-à-dire l’endroit même d’où était venue l’inconnu, et avoir l’obligeance de vous excusez de m’avoir fait une peur bleu.

Ayant dit cela, elle reposa ses yeux maintenant froid et d’un calme pesant sur le jeune homme. Elle avait conscience qu’elle n’agissait pas très gentiment, mais en plu de lui donner un gros dilemme, l’étudiant avait agit de manière à rendre n’importe qui furieux, alors c’était plus simple pour Lylie de montrer cette émotion qu’elle ressentait dans le but de cacher les autres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarken Carmin

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 15/09/2010

● ÂGE : Masculin
● ANNÉES D'ANCIENNETÉ : 5 ans
● ÉTUDES : Art
● VIE ÉTUDIANTE : Club de Théatre
● RÉPUTATION : Il est dangereux! en prime il est prétentieux! en gros, faut pas s'en approcher.
● TRANSFORMATION : Lion
● N° DE CHAMBRE : ¤203¤

MessageSujet: Re: L'unique oeuvre potable   Lun 4 Oct - 7:43

Déjà, elle vouvoie le GRAND Sarken. C'est un bon point. Bon maintenant, elle se prend pour le patron, c'est un très mauvais point! Par contre elle à précisé qu'elle voulait savoir qui était son interlocuteur... Alors là, qu'est ce que Sarken devait penser? Soit il devait montrer les crocs pour ne pas être connu, Soit il devait se sentir honoré d'une tel demande... Partagé, il choisi la deuxième option. Après tout, il pouvais bien se présenter et après cogner. Ou s'en cogner... Mais les jeux de mots pourris, on s'en passera.
Donc, Sarken sauta sur le premier estrade pour modèle venue, se dressa de toute sa hauteur et, d'un air de triomphe, entama sa fastidieuse et lourdaude présentation:
,
"Alors, on demande qui je suis... Très intéressant, je relève le défis!..."

Il s'accompagna d'un grand arc de cercle avec ses bras.

"Comme chaque personne de se monde mérite de voir et de savoir tout sur ma gloire, je me doit de leur enseigner."

L'animal se recourba pour mieux se retendre les bras croisés et le regard vers l'avenir:

"Je suis le monstre de puissance que la terre à pour maitre, je suis la vengeance, je suis le jour, je suis la monarchie, je suis..."

Il mit ses point sur ses hanches.

"...Sarken!!!"

L'orchestre en fond sonore n'arrétait pas de jouer en fanfare. On se croirait à un défilé de l'armée! Le général se présentait au monde avec la promesse solennelle d'écraser tout.

Sarken était ivre de sa propre majesté sur le moment. Il savoura chaque note de son harmonie imaginaire et des acclamation de son publique fantôme. Les caméras de télévision faisait un magnifique travelling autour de lui, prenant bien soin de le montrer en contre-plongeait.

La réalité ne devait bien sur ne pas avoir d'écho de cette magnifique réunion entre un homme et la magnificence. Ainsi donc, Lylie ne vit qu'un homme sur un estrade se prenant pour un dieu.

Puis, sur le ton de la conversation, Sarken descendit sur terre:

"Ça répond à la question, non? Ah, non, ce que je fais ici: Je suis en pleine phase créative!!! et c'est à TOI de ME présenter des excuses pour avoir dérangé l'ogre de la colline!!!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lylie Darkla
Chercheuse
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 18/09/2010

● ÂGE : 28 ans
● ANNÉES D'ANCIENNETÉ : 5 ans, mais c'est ça première en tant que prof après un an d'absence
● MÉTIER : Professeur de français
● RÉPUTATION : Grande sportive et bonne cliente pour le café-étudiant. On l'a voit comme quelqu'un de très sociable.

MessageSujet: Re: L'unique oeuvre potable   Jeu 7 Oct - 20:12

Le discours de Sarken eut comme effet d’apaiser Lylie. En effet, son expression tout en restant froide et distante avait laissé pointer un peu de perplexité et de curiosité lorsque l’homme alors inconnu avait monté de manière très théâtrale sur un présentoir. Après tout, il était rare, qu’alors qu’on leur pose la simple question : « Qui êtes vous? » et ou « Qu’est-ce que vous faisiez ici? », la personne interrogée se sente flatter et réponde à la question comme si ce qu’elle vous disait était l’une des informations les plus capitales de votre vie. Tout au long du discourt, la froideur disparue petit peu par petit peu des yeux de Darkla et sa bouche s’étira légèrement pour y dessiner l’ébauche d’une sourire. La raison à ce changement était fort simple, Lylie avait comprit qu’elle avait à faire à un excentrique de haut niveau qui se prenait pour le roi du monde et qu’à cause de cela, les argument qui faisait croire à la jeune professeur que l’élève était un Porteur perdait de leur poids. Lylie n’aurait donc pas besoin de faire une capture expresse. Sarken était trop centré sur lui-même pour aller raconter à tout le monde qu’il avait conversé avec une professeure et il ne cachait pas assez qui il était pour qu’un simple suivit de qui il était et qui il fréquentait ne permet, un de confirmer ou infirmer l’impression que Sarken était un Porteur, deux découvrir d’autre Porteur par la bia de Sarken si celui-ci en était un. Une pensé effleura Lylie alors.

*S’il est ou était un Porteur, il faudrait que cela soit le lion. Je ne connais pas autre créature qui ferait mieux ressortir le besoin de prestige de cette homme.*

Par contre, la mauvaise humeur réapparue bien vite sur le visage de Darkla lorsque Sarken prononça sa dernière phrase. C’était quoi l’idée d’accuser comme cela un membre du personnel. Cela ne se faisait vraiment pas et normalement ceux qui osait le faire devait se voir imposer des punitions plus ou moins sévère selon la gravité de l’insulte et la répétition de celle-ci. Lylie répondit sèchement.

-Je pense que c’est plutôt vous qui me devez de plus en plus des excuses à cause de vos agissements et si vous osez continuer, je vais être obligée de sévir et de vous donnez une retenue.

Darkla jeta un regard hautain à Sarken avant de rajouter sur un ton qui se voulait conciliant, mais qu’on voyait bien était un peu forcé pour la cause évidente que Lylie avait bien plus envie de continuer à chercher des noises.

-Une fois que j’aurais eu vos excuse et que vous aurez commencé à me vouvoyez comme il se doit, et seulement après cela, je vous renverrais la faveur... C’est une promesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarken Carmin

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 15/09/2010

● ÂGE : Masculin
● ANNÉES D'ANCIENNETÉ : 5 ans
● ÉTUDES : Art
● VIE ÉTUDIANTE : Club de Théatre
● RÉPUTATION : Il est dangereux! en prime il est prétentieux! en gros, faut pas s'en approcher.
● TRANSFORMATION : Lion
● N° DE CHAMBRE : ¤203¤

MessageSujet: Re: L'unique oeuvre potable   Mar 16 Nov - 18:03

Le monde à l'envers...voila quelqu'un qui essaye de donner des ordres au grand Sarken...Non franchement là, faut pas charrier... Bon,ok, elle est prof, mais c'est pas une raison pour se croire supérieur au terrible Sarken... En un mot comme en cent, Sarken se mit tout simplement à analyser celle qui se croyait plus importante que lui...Il inspecta la jugulaire... Endroit facile à arracher à coup de dent... puis la tête... D'abord le menton, synonyme de "brisage" de mâchoire et d'impossibilité de parler, ainsi que de perte de conscience si le coup arrive assez vite. On monte pour rejoindre les oreilles...dans son cas ca va, elle sont caché par ses cheveux...pas assez visible pour une attaque à l'oreille interne... On monte encore pour la temps, KO critique et immédiat... c'est un bon plan... Mais elle c'est qui il est...mmmmmm pas facile... Ah, si elle était transformé en légume grâce au fameux "destructeur de colonne"... Non mais là, il risque de la tuer... Pas facile...


"Euh, vous préférez le KO? ou le KO plus...euh...haaaaa ha ha ha.... vous voyez? fourbe, celui qui arrive par derrière pour casser les nerfs et autres points vitaux du couteau de cuisine... vous voyez?"

Puis il se tut un peu...mmmmmmm, il l'a juste pensé ou il la dit haut et fort?

"Si j'ai dit quelque chose, c'était pas intentionnel."

Non mais sérieux, elle veut mourir comment... Ah, ca y est, l'aparté remarche. Donc, comment se sortir de cette situation conflictuel entre sa fierté, son envie de roupiller, sa soif de baston, sa prudence (hé hé hé) et cette...euh...pour taire sa vraie pensé, disons, enquiquineuse?

Euh attend...Il la vouvoyé? Oh et puis zut... en fait ca a pas d'importance...

"Bon, vous...tu fais quoi ici? non pasque, un prof qui est dans une salle sans élève, c'est louche! Moi, c'est mon domaine! mais vo...toi!!! je vois pas trop pourquoi t'es là! Ah mais ca y est, j'ai compris! tu es une espionne du collège voisin!!! tu as usurpé la place d'un honnête enseignant!!! prépare toi a subir la colère du dragon!!!"

Il prit une pose de combat de style kung-fu du tigre (vue à la télé, il est évident qu'un flemmard, idiot et indiscipliné n'a aucune expérience dans se domaine. Juste dans la force brute.).


HRP

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lylie Darkla
Chercheuse
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 18/09/2010

● ÂGE : 28 ans
● ANNÉES D'ANCIENNETÉ : 5 ans, mais c'est ça première en tant que prof après un an d'absence
● MÉTIER : Professeur de français
● RÉPUTATION : Grande sportive et bonne cliente pour le café-étudiant. On l'a voit comme quelqu'un de très sociable.

MessageSujet: Re: L'unique oeuvre potable   Jeu 18 Nov - 9:27

La réponse de Sarken surprit hautement Lylie. En effet, il semblait supposer vouloir lui donner une bonne raclé, alors que du point de vue de la jeune professeure, rien dans son comportement n’avait pu le provoquer à un telle point. Elle note aussi, qu’il avait recommencé à la vouvoyez, ce qui était très bien. Cela faisait juste très étrange que ce soit au moment où Sarken mettait en action la demande de Darkla et ainsi éliminant toute raison de Lylie à être mécontente, que ce dernier déclarait l’ouverture du combat.

Alors qu’elle s’apprêtait à prudemment déposer son verre et son porte document sur le sol en prévision de l’attaque imminente, le jeune homme eut l’air de réalisé qu’il venait de parler à voix haut. L’impacte que cette révélation fut que Lylie déposa ses trucs sur la table la plus proche au lieu du sol. Après tout, pensée ou dite, ses intensions étaient claires.

Darkla fronça les sourcils lorsque Sarken entreprit de faire des efforts pour recommencé à la tutoyer.


*Son tutoiement était donc juste de la provocation. En fait, il est très bien éduqué au point où le vouvoiement soit rendu un réflexe…* Le fait qu’il l’avait tutoyé un peu plutôt avait surement était qu’un lapsus. *Bon, cela va m’apprendre à relever trop vite ce genre d’erreur chez les étudiants.*

La conclusion de Sarken à sa tirade fit sourire Lylie. Quoi? Elle une espionne. Certes, il avait raison, mais pas de la manière dont il l’entendait. En contre partie, il était rendu important qu’elle trouve un moyen d’éviter l’affrontement pour le moment. Elle était professeure et avait un cours qui allait commencer dans quelques minutes. Ce n’était vraiment pas le moment. De plus, si elle le mettait KO. Elle pourrait bien l’apporter à l’institue, mais pas espionner ses contactes et toujours rien prouvait qu’il serait un Porteur.

-Sortez de votre rêve. Vous savez très bien qu’en fait je suis réellement un professeur de cette école et que cela vous vaudrait plus qu’une simple retenu si vous me faite subir votre colère à l’instant. Par contre, si vous tenez vraiment à me donner une racler, on n’a qu’à prendre un rendez-vous après l’école. Je serais ravie de voir si vous êtes réellement capable de quelque chose.Son regard était provocateur, lorsqu’elle dit cela. Puis, elle rajouta, sur un ton d’entendement. Si je gagne, vous devrez non seulement accepter de retourner au vouvoiement envers moi, mais aussi agir respectueusement. Si vous remportez la victoire… Non seulement vous aurez mon respect, mais je vous laisse fixer un autre prit, si vous le voulez.

Certes, Lylie avait omis de répondre à la question de l’autre. Mais c’était intentionnel. Elle n’avait vraiment pas vue de raison valable pour répondre alors que l’autre cherchait visiblement seulement à l’insulté et que vu son comportement, il était impossible de savoir ce qu’il ferait à la toile, s’il apprenait que c’était elle qui l’avait réalisé.


HRP

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarken Carmin

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 15/09/2010

● ÂGE : Masculin
● ANNÉES D'ANCIENNETÉ : 5 ans
● ÉTUDES : Art
● VIE ÉTUDIANTE : Club de Théatre
● RÉPUTATION : Il est dangereux! en prime il est prétentieux! en gros, faut pas s'en approcher.
● TRANSFORMATION : Lion
● N° DE CHAMBRE : ¤203¤

MessageSujet: Re: L'unique oeuvre potable   Jeu 25 Nov - 20:10

Quoi? Duel? Combat? Dévastation de tronche? Voila des mots sonnant très juste dans l'oreille du Puissant Sarken!!!
L'espionne (seul un espion aurait proposé un duel. Les profs savent qui est le plus fort de l'établissement: Mouoaaaa!!!) avait balancé ca, sans doute sans tenir compte des conséquences d'un tel choix de carrière. Sarken était un véritable tueur! Une brute sans foie ni loi! Aucune pitié ou honneur, il se bat pour tuer ou juste détruire! Non vraiment... J'appelle les lecteurs, il faut empêcher se combat pasque...

"JE RELÈVE LE DÉFI!!! JE VAIS T'MASSACRER TRAINE!!! TA MAMAN RECONNAITRA PAS TA SALE TRONCHE DE CHIOTTES QUAND J'EN AURAIT FINI!!! pour te trouver un mec, va falloir trimer...enfin, c'est ton choix... LA PATATE APPROCHE!!! CAR LE JOUR DU JUGEMENT DERNIER EST PRRRRRRRROOOOOOCHE!!! REPEND-TOI!!! et tu seras peut-être sauvé."

Mouais... petit trip habituel...

"Non, sur? non pasque c'est vraiment dangereux. Je suis un monstre quand il s'agit de distribuer des pains. Non, sans fausse modestie, même moi je me fait peur tellement j'aime cogner.J'aime presque autant cogner que les arts en général...non en fait je préfère cogner. Mais j'aime bien peindre et sculpter et même les machins sur PC... Mais foutre une tarte...Mmmmm.... Le seul truc qui me retient vraiment c'est le règlement...Donc sur? Non mais je tiens à votre santé là! Je m'inquiète! En prime il est bien marqué dans ma fiche que je suis un danger publique, alors..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lylie Darkla
Chercheuse
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 18/09/2010

● ÂGE : 28 ans
● ANNÉES D'ANCIENNETÉ : 5 ans, mais c'est ça première en tant que prof après un an d'absence
● MÉTIER : Professeur de français
● RÉPUTATION : Grande sportive et bonne cliente pour le café-étudiant. On l'a voit comme quelqu'un de très sociable.

MessageSujet: Re: L'unique oeuvre potable   Ven 3 Déc - 15:40

Lylie s’était attendu à a peu près toutes les réactions possibles de la part de l’étudiant à sa proposition, sauf celle qu’il eut. Pour vrai, elle eut pour la première fois depuis qu’elle avait fait la connaissance de Sarken, que ce n’était qu’un débile mental et rien d’autre. Pour vrai, qu’un fou pouvait sortir des propos aussi décousu. Lylie se demanda si cela valait vraiment la peine que d’engager un combat contre un fou. Après tout, elle avait beau être une pro en lutte lamb, elle n’était plus haut niveau de dans le temps. Même qu’elle manquait franchement de pratique pour penser affronter de haut calibre. Toute fois, sa forme physique générale était excellente et ses réflexes très bon. Elle pensait donc pouvoir s’en sortir contre n’importe qu’elle être humain normal. Le hik étant bien sûr qu’un fou débile mental… Ce n’est pas un humain normal.

*Je peux maintenir l’idée d’un combat dans le futur, mais juste m’arranger pour que la date ne se concrétise jamais… Après tout, il ne faudrait pas que cela soit demain la veille que le combat est lieu, sinon je n’aurais jamais eu le temps de ramasser des informations sur lui et ses connaissances.*

Lylie était vraiment mitigé. Elle ne savait vraiment pas qu’elle était la bonne action à entreprendre envers Sarken. Après tout, même tout simplement lui répondit : « Ok, on ne va pas faire de combat et là il faut que je vous quitte car j’ai cours. » Pouvais s’avérer être un choix fatal. Il pouvait voir cela comme une insulte et décider de partir à l’instant un combat violent. Faute de mieux, Darkla décida de dire sur un ton hautain.

-Merci de prendre en compte ma santé. C’est très gentil de votre part. Pour tant, je vous assure que ce combat m’aurait plus. Sauf que si vous dîtes être trop faible pour réussir à vous contrôler et que vous êtes incapable de faire d’autre sorte de combat que des mortelles… J’accepte avec disgrâce la proposition que vous me faite de décliner ce que j’avais dit plutôt. Bon… Et bien, il va être l’heure que je vous quitte alors, car j’ai bien peur que nous n’ayons plus rien à nous dire.

À ses mots, Lylie marcha d’un pas noble pour récupérez ses objets tout en attendant avec grand intérêt de voir la réaction de l’autre à ses derniers propos.

*Comment vas-tu réagir? Je ne sais même pas moi-même qu’elle réaction je cherchais à provoquer en toi en disant cela. Je sais juste que j’étais vraiment le fun à dire et qu’il ne fallait vraiment pas qu’elle se soit prit trop aux sérieux pour sortir quelque chose comme cela.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'unique oeuvre potable   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'unique oeuvre potable
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que pensez vous de l'oeuvre en elle-même?
» Vers l’adoption d’un plan unique de planification familiale
» La decentralisation, mise ne oeuvre difficile
» A Saut D'eau il n'y a pas d'eau potable
» Ministère de l'environnement: controle de l'eau potable et des déchets.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Parallèle :: Pensionnat :: Salles de cours :: Cours complémentaires-
Sauter vers: