Une nouvelle année commence au Pensionnat de Ste-Gabrielle. Nouveaux élèves, nouveaux professeurs... nouveaux conflits.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Éditoriaux

Aller en bas 
AuteurMessage
Olivier Major

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 02/09/2010

● ÂGE : 21 ans
● ANNÉES D'ANCIENNETÉ : 3 ans
● ÉTUDES : Journalisme
● VIE ÉTUDIANTE : Fait parti du journal étudiant et de la radio étudiante
● RÉPUTATION : Connu et populaire
● N° DE CHAMBRE : ¤202¤

MessageSujet: Éditoriaux   Ven 24 Sep - 22:14


Les romans savons

Par Olivier Major, 1ere édition du journal étudiant de l'année


Un savon, c’est quelque chose qui lave, qui efface des taches, qui rend propre. On peut considérer ce genre d’objet ménager comme une efface de ménage. Un savon, si c’est trop fort, ça détruit la couleur.

Et bien, il y a un genre de savon qui lave les cerveaux si efficacement qu’il n’en reste par la suite qu’une bouillie gélatineuse et grise.

Les romans savons.

Les histoires romanesques dégoulinantes de clichés, de paradoxes et de soupirs d’amours éperdus. Ces histoires où les personnages sont beaux, parfaits, anxieux et tragiques. Ces histoires que tant de gens consomment avidement, comme s’ils pouvaient à leur tour entrer dans leurs univers irréels et ô combien utopiques.

Ne le prenez pas mal – une fois de temps en temps, il est agréable de se plonger dans une lecture facile et frivole et d’ainsi laisser ses soucis s’envoler, ne serais-ce que le temps d’un instant, mais, quand même, en faire son genre littéraire exclusif? 73% des étudiants de Sainte-Gabrielle disent apprécier le genre et 46%, en trouver la lecture merveilleuse et en consommer avidement. Allez voir à la bibliothèque. Il y a un rayon entier uniquement consacré aux romans à l’eau de rose. Cela fait (selon la bibliothécaire) 3 679 ouvrages destinés à enlever le don de l’intelligence à quiconque s’en approche trop. Se faire engloutir par l’univers des romans savons, c’est glisser de la réalité.

Je t’aime, tu m’aimes, nous ne pouvons pas être ensemble.

Je suis belle mais timide, tu es beau et musclé mais un peu voyou, et ça ne marchera jamais entre nous.

Ah, j’ai croisé son regard brûlant!

Blah, blah, blah.

N’est-ce pas démoralisant? Un contenu médiocre, une façon d’écrire dépourvue habituellement de style, des clichés racontés cent fois et même quelques fautes de syntaxe font de l’ensemble des romans savons ce qu’ils sont. Peut-être y a-t-il, quelque part, une perle rare : un roman à l’eau de rose n’étouffant pas les sens de son odeur trop forte et ayant de la profondeur. C’est à voir.

En attendant, des auteurs, il y en a des milliers et des livres, il y en a encore plus. Si vous voulez éviter de faire exploser vos neurones de manque de défi intellectuel, diversifiez vos genres de lecture et osez vous aventurer dans un genre différent du style amourettes tragiques. Ça en vaut la peine. La bibliothécaire sera ravie de vous introduire à des styles variés – vous y trouverez certainement votre compte.

Bon, pour ce qui est de moi, je vais essayer de ressusciter mes cellules neuroniques mortes pour la cause de cet article (i.e. lecture de plusieurs romans à l’humour glissant).

Mon seul conseil : si quelqu’un vous conseille un roman savon, partez en courant en criant alerte au meurtre intellectuel.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Éditoriaux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Parallèle :: Hors Jeu :: Secrétariat :: Journal étudiant-
Sauter vers: